Le tunisien hospitalier

Un ami de la Musardine m’a écrit cette semaine pour déplorer l’abandon de la rubrique « sociologie du dragueur online » de ce blog. Et puisque ce n’est pas le premier, j’ai décidé de la faire renaître avec un nouveau billet, pour les besoins duquel je me suis naturellement plongée dans les dizaines de mails en attente dans ma messagerie Facebook, de laquelle j’ai tiré cette petite pépite. Il s’agit d’une courte suite de mails échangés début janvier avec un correspondant tunisien, dont j’ai effacé le nom et l’avatar pour préserver son anonymat:

Je vous épargne l’explication de texte, la prose de mon correspondant parle d’elle même! On notera toutefois les efforts du peuple tunisien pour défendre son activité touristique, dont il aura bientôt plus que jamais besoin pour reconstruire le pays en ces temps de changements. A défaut « d’essayer avant de dire quoi que se soit », je rappelle à toutes celles et ceux qui écrivent pour la collection qu’un recueil Osez 20 histoires de sexe en vacances est en préparation pour l’été prochain. Si vous manquez d’inspîration pour ce nouveau thème, pensez à la Tunisie!

Ce contenu a été publié dans Les humeurs d'Elise, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le tunisien hospitalier

  1. I Dream That I Was A Ballerina dit :

    Bonjour chère Elise A … Je suis très embêté… vraiment très embêté, vous savez… Je ne sais comment vous l’annoncer mais…mais…

    Votre prose m’a parlé !

    Oui, elle parle, elle aussi, elle parle d’elle même, mais elle parle surtout beaucoup de vous, et ce qu’elle en dit n’est pas toujours joli joli.. Rien de bien méchant, rassurez-vous, mais parfois, vous savez, il suffit juste d’un mot de trop, d’une bêtise prononcée pour repousser des assaillants, pour qu’elle vous fasse passer pour une « potiche lettrée qui porte son string en étendard ».

    Je ne peux vous répéter tout ce qu’elle m’a dit, par mesure de courtoisie, et parce que je ne suis pas une balance (enfin… pas totalement…) mais je ne saurais que trop vous conseiller de faire très attention quand vous publiez une correspondance privée. Que vous détourniez le message d’un pauvre bougre qui ne semble pas bien maitriser l’écrit, ça ne doit pas être trop trop grave mais il ne faudrait pas que vous détourniez aussi, de votre collection, d’éventuels auteurs, plus soucieux de leur éthique, que de leur micro-reconnaissance, ou de leurs droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>