Suis-je rousse?

Dans mon courrier du jour, un email de David :

« Bonjour ! Pouvez-vous m’indiquer les références du tableau de l’image de votre avatar ? D’ailleurs pourquoi l’avez-vous choisi ? Parce que vous êtes rousse ? »

Je vais faire comme si le coup des références n’était pas une ruse pour finalement me questionner sur la couleur de mes cheveux (et la couleur de ma peau, et le fumet de mes seins, et ma cyclothymie, et ma relation adultérine avec le Diable, il y a tant et tant à dire sur les rousses…) et répondre à la question.

Il s’agit de « La liseuse », un tableau peint en 1883 par Jean-Jacques Henner, que vous pouvez contempler (le mot est faible) au musée d’Orsay à Paris. Je vous épargne la biographie du bonhomme, vous la trouverez facilement sur le net.

J’ai choisi cette peinture pour me représenter d’abord à cause de son nom : la liseuse. Ma fonction auprès des éditions La Musardine est justement celle de liseuse, de vos textes en l’occurrence. J’avoue que je ne les lis pas forcément nue et voluptueusement allongée comme sur le tableau, mais l’une ou l’autre nouvelle peuvent en tout cas m’en avoir donné envie !

Au-delà du titre, il y a peut-être en effet une autre raison qui justifie mon choix, à voir avec la rousseur, qui dévoile bien des pans cachés de la féminité…

Quelques rousses de Jean-Jacques Henner:

La liseuse

Portrait de jeune femme

melancholie

Ce contenu a été publié dans Les humeurs d'Elise, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *